Maurizio Montalbini âgé de 53 ans n’en est pas à sa première expérience : en 1990 il a déjà passé 366 jours en totale isolement dans une grotte pour une étude sur les rythmes biologique du corps humain.

Lors de cette aventure, il était ressorti persuadé d’avoir passé seulement 219 jours, expliquant que la perception naturelle du temps s'était progressivement allongée pour arriver à des journées de plus de 24 heures.
Une expérience qui a permis de démontrer qu’en l’absence de tout repère et stimulations extérieurs (jour et nuit, absence de montre, radio, télé...), l'organisme humain modifie son propre rythme biologique.

Une fois les problèmes techniques résolus, le spéléologue italien est donc descendu s’installer au fond de sa grotte.
L’ouverture de la grotte a été refermée et les premiers tests de fonctionnement des appareils de relevé et de contrôle effectués. Les premières images du spéléologue installé dans sa nouvelle demeure sont arrivées sur les écrans de contrôle grâce à trois caméras fixes.

Maurizio Montalbini reçoit de l’eau potable par un tuyau qui le ravitaille en permanence. Il peut se laver grâce à un lavabo. Tous les déchets sont évacués dans un réservoir extérieur qui sera régulièrement vidé.

Un campement a été installé en surface qui abrite nuit et jour une équipe de spécialistes prêts à intervenir en cas de problème du spéléologue.
Ce dernier transmettra chaque jour par ordinateur des données concernant sa température, sa fréquence cardiaque qu'il relèvera personnellement.

Quelques couvertures lui permettront de se préserver du froid ambiant (entre 9 et 10° fixes).
Pour se divertir un peu, il a emporté une centaine de livres qu'il pourra lire à la lumière des lampes...

Cette expérience est la dernière du genre a déclaré le spéléologue avant de descendre...